Les salariés à la retraite ont vu leur pouvoir d’achat baisser

9 mai 2016

En prenant en compte l’inflation, le montant des pensions complémentaires des non cadres a reculé de 0,1% et celles des cadres de 0,49% entre 2009 et 2014.

 

Le portefeuille des salariés retraités est mis à rude épreuve. Selon le dernier panorama des retraites de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Affaires sociales publié le 28 avril 2016 et qui porte sur les données de 2014, ils ont perdu du pouvoir d’achat.

Alors que la hausse des prix à la consommation a progressé de 1,27% durant cette période, les pensions de base des salariés ont été revalorisées de 1,26% dans le même temps. Ce qui aboutit à une augmentation en euros constants de seulement 0,01%. Mais c’est surtout du côté des pensions complémentaires que les choses se gâtent.

Fonctionnaires et indépendants mieux lotis

Entre 2009 et 2014, les retraites Arrco, versées aux non cadres et aux cadres, ont été revalorisées de 1,19%. Cela signifie que leur montant a reculé de 0,1% en euros constants. La situation est encore plus dégradée du côté des cols blancs. Les retraites Agirc, servies uniquement aux cadres, ont été augmentées d’un petit 0,79%. Le repli atteint alors 0,49% en intégrant l’inflation entre 2003 et 2014.

A titre de comparaison, les fonctionnaires et les indépendants (les professions libérales ne sont pas traitées dans l’étude) sont mieux lotis. Les agents des trois fonctions publiques (d’Etat, territoriale et hospitalière) ont connu une légère progression de 0,01% de leurs pensions entre 2009 et 2014 en euros constants. Le coup de pouce a atteint 0,04% pour les commerçants et 0,05% pour les artisans.

Sous-indexation reconduite

La baisse de pouvoir d’achat des salariés et plus particulièrement des cadres est directement issue de l’accord Agirc-Arrco du 13 mars 2013. Le texte, signé par les partenaires sociaux et qui vise à dégager des économies pour résorber le déficit des deux régimes, a mis en place une sous-indexation des pensions complémentaires par rapport à l’inflation en 2013, 2014 et 2015. On en voit les résultats…

La situation ne va pas s’arranger pour les salariés retraités. Le nouvel accord paritaire, conclu le 30 octobre 2015, reconduit la mesure de désindexation en 2016, 2017 et 2018. En outre, la date de revalorisation annuelle des pensions Arrco et Agirc a été décalée du 1er avril au 1er novembre. La mesure étant effective dès cette année, elle va se traduire par un gel des retraites complémentaires durant sept mois qui ne sera jamais rattrapé. De quoi rogner encore un peu plus le porte-monnaie des salariés à la retraite.