5 clés pour investir de manière éco-responsable et durable

11 octobre 2019

L’investissement responsable et solidaire sont à la mode ! Les investisseurs sont ainsi de plus en plus nombreux à vouloir allier rendement et environnement, à mettre sur un pied d’égalité la valeur morale d’un placement et sa valeur monétaire. Certains orienteront, quant à eux, leurs investissements vers des entreprises respectueuses des conditions de travail de leurs salariés. Quels sont ces produits financiers qu’on dit « responsables » dans lesquels vous pouvez investir de façon vertueuse ? Comment procéder ? On vous répond.

 

1. Opter pour un Investissement Socialement Responsable (ISR)

L’un des moyens les plus répandus de (re)donner du sens à votre investissement consiste à cibler des sociétés vertueuses ayant placé le respect de certaines valeurs (humaines, environnementales, sociétales) au cœur de leur stratégie. Pour pouvoir être qualifiée de « vertueuse », une entreprise devra remplir des critères non seulement financiers mais aussi « environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance » (ESG).

Concrètement, vous pourrez privilégier, par exemple, une entreprise dont il est établi qu’elle favorise l’épanouissement de ses collaborateurs ou une autre dont vous savez qu’elle intègre l’environnement et le développement durable dans son activité : éco-conception, fabrication de matériaux bio-dégradables, allongement de la durée d’usage, écologie industrielle, … À l’inverse, vous devrez boycotter une compagnie dont il est prouvé qu’elle bafoue certaines normes internationales, que son activité est néfaste sur le plan écologique ou encore que ses valeurs se situent à l’opposé des vôtres (industrie de l’armement ou du tabac, par exemple).

S’il est possible d’investir en direct dans une entreprise dont vous partagez les valeurs et cautionnez l’activité, la prudence recommande toutefois de s’adresser à une entité spécialisée et dédiée qui s’en chargera pour vous. En effet, même aguerri aux produits financiers, votre manque d’expertise pourrait vous être préjudiciable, principalement pour l’appréciation du risque encouru. En faisant appel, par exemple, à un fonds d’investissement socialmement responsable, ce sont alors des gestionnaires professionnels qui se chargeront de vos choix d’investissement et s’assureront que les entreprises retenues dans le fonds répondent aux conditions requises, tant sur le plan financier qu’environnemental, sociétal ou de gouvernance.

Dans tous les cas, c’est-à-dire que vous investissiez en direct ou que vous passiez par un fonds ISR, prenez soin de recueillir l’avis d’un conseiller en gestion de patrimoine. Celui-ci pourra vous aider à choisir un fonds ISR fiable et adapté à votre projet tout en veillant à ce que ce placement soit adapté à votre situation financière, d’une part, et en adéquation avec vos objectifs patrimoniaux, d’autre part.

Bon à savoir

  • En plus de considérations purement financières, les fonds ISR se basent sur des critères environnementaux, sociétaux et de gouvernance (ESG) pour opérer leurs choix d’investissements.
  • Alors que certains fonds excluent de leur périmètre d’investissement des secteurs d’activité controversés (culture d’OGM, fabrication de mines anti-personnelles, …), d’autres ciblent tous les secteurs mais veillent à ce que soient respectés les trois critères ESG.

 

2. Choisir l’épargne solidaire

Les placements solidaires constituent une alternative à l’investissement socialement responsable (ISR). On dit d’un placement qu’il est solidaire s’il est émis par une entreprise dont l’activité revêt un caractère d’utilité sociale. Il peut, par exemple, s’agir d’encourager le développement durable, de favoriser la cohésion sociale ou encore de lutter contre l’exclusion. Deux formes de placements solidaires s’offrent à vous :

> un placement dit « de partage d’intérêts », environ 25% de la rémunération de votre support (assurance-vie, fonds commun de placement, livret d’épargne) sera alors reversée à une association ;

> un produit dit « d’investissement solidaire », vous investirez dans ce cas dans des entreprises ou des associations à forte utilité sociale et/ou environnementale. Votre investissement pourra se faire soit en direct, en souscrivant des parts auprès de ces sociétés, soit via des fonds d’investissement solidaires. Une partie de votre épargne servira à financer des entreprises labellisées ou des projets solidaires. Le reste de la somme que vous aurez placée dans ces fonds dédiés sera investie dans des produits financiers classiques : en actions et/ou en obligations. Cette répartition permet aux fonds solidaires d’offrir une bien meilleure rentabilité qu’un livret classique.

Bon à savoir

  • Pour vous aider à vous y retrouver, le gouvernement a mis en place un système de labels, tels que « Finasol » pour les placements solidaires et « Investissement Socialement Responsable » pour les produits ISR.
  • Quelque fiables qu’ils soient, ces labels ne sauraient préjuger des performances financières d’un placement.

 

3. Investissez dans des SCPI thématiques

Pour injecter du sens et de l’éthique dans votre épargne, vous pouvez également recourir à des SCPI (société civile de placement immobilier) dont le périmètre d’activité correspond à vos valeurs. Il pourra, par exemple, s’agir de SCPI à prédominance sociétale (EHPAD, résidences médicalisées, SSR, crèches, laboratoires d’analyses médicales, …) ou encore de SCPI qui intégreront une dimension environnementale, durable et écologique à leur stratégie de gestion. Concrètement, le parc immobilier locatif détenu par la société sera alors majoritairement composé d’immeubles « verts » qu’ils soient neufs répondant aux dernières normes ou anciens mais qui feront l’objet de travaux de rénovation énergétique.

Enfin, il est important de noter qu’investir pour la bonne cause n’exclut pas de profiter d’une bonne rentabilité. Car si ces modèles de SCPI à thématique environnementale ou sociétale sortent quelque peu des sentiers battus, il n’est pas rare que leur taux de distribution soit plus performant que celui d’une SCPI classique.

Bon à savoir

Dès 2020, il sera possible de souscrire à un fonds socialement responsable par son contrat d’assurance-vie.

 

4. Contribuez à la conservation de patrimoine historique

Si vous souhaitez participer à la préservation du patrimoine historique et culturel français, vous avez la possibilité de faire un don à la Fondation du Patrimoine et, conséquemment, de bénéficier d’une réduction fiscale. La somme dont vous aurez fait don pourra être déduite – à hauteur de 66 % du montant du don et à hauteur de 20 % – de votre revenu imposable. Si vous en avez la capacité financière, vous pouvez également choisir de devenir propriétaire d’un bien classé et de profiter des importants avantages fiscaux du dispositif sur les Monuments Historiques : en contrepartie de financer les travaux de restauration, vous pourrez alors déduire 100 % de leur coût de vos revenus fonciers et de votre revenu global. Et cela, sans aucun plafonnement ! Attention, le dispositif « Monuments Historiques » impose toutefois à celui qui souhaite en bénéficier de conserver le bien – et donc de ne pas le vendre – pendant 15 ans minimum. L’intervention d’un conseiller en gestion de patrimoine apparaît ici fortement souhaitable.

Bon à savoir

Une étude a récemment montré que 57 % des épargnants estiment que les produits d’épargne devraient traiter davantage du développement durable.

 

5. Osez les fonds caritatifs

Vous avez envie d’œuvrer pour la bonne cause et de venir en aide aux plus démunis tout en faisant travailler votre argent ? Dans ce cas, pourquoi ne pas investir dans un fonds éthique ? Géré par une société de gestion, cet Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) reversera une partie des revenus générés à des œuvres caritatives ou à des associations reconnues d’intérêt général. Vous avez également la possibilité de faire un don – en numéraire ou en titres si vous détenez des actions – à une association, à une fondation ou à un organisme reconnu d’utilité publique ou d’intérêt général et à but non lucratif. En contrepartie, un crédit d’impôt de 66 % du montant de votre don vous sera accordée dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. Le crédit d’impôt est porté à 75% du montant de votre don si celui est fait au profit d’une association venant en aide aux personnes en difficultés (Action contre la faim, Les Restos du cœurs, …) dans une limite de 537€.

 


 

Les points clés à retenir

  • Les problématiques sociétales, éthiques, environnementales ou encore de politique sociale des entreprises sont désormais au cœur des préoccupations des investisseurs.
  • Un investissement éthique peut être performant financièrement.
  • Une entreprise éco-responsable respectera les critères « ESG » (environnementaux, sociétaux et de gouvernance).
  • Des labels existent. Ils attestent du caractère durable et responsable de certains placements.
  • Investir dans des entreprises éco-responsables permet de diversifier ses placements en ciblant des secteurs d’activité variés.
  • Pensez à recueillir l’avis d’un conseiller en gestion de patrimoine pour qu’il vous explique les avantages mais aussi les risques liés à tel ou tel investissement éco-responsable.

 

Par Xavier Beaunieux et Jonathan Eveno