Épargne : découvrez où et comment les Français placent leur argent

31 mai 2019

Les Français sont décidément plus « fourmis » que « cigales ». Contrats d’assurance-vie, livrets A, LDDS (Livret de Développement Durable et Solidaire) et comptes courants n’ont jamais été aussi garnis ! Mais comment l’épargne se ventile-t-elle ? Et quels sont les supports de placement les plus prisés ?

 

 

 

1. L’assurance-vie est plébiscitée par les Français

Selon les chiffres recueillis par la Fédération Française de l’Assurance (FFA), l’assurance-vie constitue l’un des supports de placement préférés des Français qui y investissent massivement leur épargne : sur le mois d’avril dernier, la collecte nette a atteint quelque 3,4 milliards d’euros ! Et depuis le début de l’année, ce sont plus de 11 milliards d’euros qui ont été placés en assurance-vie. Quant à la valeur totale des contrats d’assurance-vie détenus par les Français, elle affiche le montant record de 1 745 milliards d’euros. Cela représente la coquette somme de 45 900 € par bénéficiaire.

Si les Français plébiscitent l’assurance-vie, il semblerait que ce ne soit pas tant pour la possibilité qu’elle offre – au même titre que l’investissement immobilier, du reste – de préparer sa retraite et de transmettre son patrimoine que parce qu’elle constitue une épargne de précaution. En clair, dans l’esprit des Français, l’assurance-vie semble présenter de solides garanties pour pouvoir faire face aux aléas de la vie. Pour autant, cette appétence pour l’assurance-vie a de quoi surprendre si l’on s’intéresse à leur rendement, lequel s’inscrit sur une tendance baissière.

Bon à savoir

  • Parmi tous les supports d’investissement disponibles, ce sont les unités de compte (UC) qui rencontrent le plus de succès.
  • Les unités de compte offrent un meilleur rendement que les fonds en euros mais le capital n’est alors pas garanti.

 

2. Les livrets ont toujours la cote

Avec 400 milliards d’euros d’encours cumulés (livret A et LDDS), c’est peu dire que les livrets, en dépit d’un taux historiquement bas (0,75 % depuis trois ans pour le livret A), restent l’un des produits d’épargne favoris des Français. Comme l’indique l’Observatoire de l’Épargne Réglementée qui chiffre leur nombre à 55 millions, en cumulant le livret A et le LDDS, on arrive à la somme de 13 600 € par ménage.

Là encore, le boom que connaît les livrets profite indiscutablement du contexte économique et social que beaucoup de Français jugent anxiogène et qui les pousse à épargner plus tout en consommant moins.

 

 

3. Surprise : le compte courant est devenu un produit de placement !

Parce qu’ils veulent pouvoir disposer – en cas de « coup dur » – d’une réserve d’argent disponible rapidement, de plus en plus de Français laissent désormais une partie de leurs économies sur leurs comptes courants. À la fin de l’année 2018, les encours (en numéraires et pour les dépôts à vue) se chiffraient à 560,7 milliards d’euros (Source : Banque de France).

Les Français conservant de plus en plus d’argent sur leurs comptes à vue, ils tendent à en faire un support de placement à part entière… Un comble pour un produit rémunéré (sauf exception) à 0 % et dont la finalité première n’est pas de se substituer aux assurances-vie, livrets A et autres LDDS…Les raisons de ce nouveau phénomène sont finalement assez simples : le compte courant offre une parfaite liquidité alors que les livrets ne proposent plus que de très faibles taux de rendements qui ne font plus rêver les français.

Bon à savoir

En 2018, les Français ont « placé » plus d’argent sur leurs comptes bancaires (33 milliards d’euros) que sur les livrets A et le LDDS (12,7 milliards d’euros).

 

4. L’immobilier locatif pour s’enrichir en empruntant plutôt que de s’appauvrir en épargnant

Face à l’érosion du rendement de l’assurance-vie et à la ténuité de celui du livret A, un nombre croissant de Français se tournent vers l’immobilier locatif. Pourquoi ? Tout simplement parce que plutôt que de s’appauvrir en épargnant (l’impact de l’inflation sur le livret A fait que son rendement est finalement négatif), mieux vaut s’enrichir en empruntant.

En effet, l’un des avantages de l’investissement immobilier est qu’il peut se faire à crédit et donc de profiter pleinement de l’effet de levier de l’emprunt. Même si vous disposez de l’épargne suffisante, la faiblesse des taux d’emprunt actuels fait qu’il est plus avantageux d’emprunter 100 % de la somme destinée à financer votre acquisition, à condition toutefois de veiller à ce que le coût total de votre emprunt ne dépasse pas la rentabilité de votre investissement. Si cette condition est remplie, l’effet de levier joue en votre faveur, démultiplie la rentabilité de votre investissement et vous permet d’affecter les loyers que vous percevez au remboursement de votre crédit.

Ce sont en quelque sorte vos locataires qui financent – en partie – votre crédit immobilier. Enfin, si la pierre locative permet d’augmenter son patrimoine, sachez qu’acheter à crédit sa résidence principale constitue également une forme d’épargne.

Bref, que ce soit pour l’habiter ou pour la mettre en location, placer son argent dans l’immobilier reste un investissement qu’il ne faut surtout pas négliger car il permet de répondre à plusieurs objectifs : préparer sa retraite, payer moins d’impôts, se constituer un patrimoine, profiter d’une éventuelle plus-value à la revente, s’assurer un complément de revenus, … Pour organiser votre stratégie et vous assurer qu’elle soit en cohérence avec vos objectifs et vos moyens, recueillez l’avis d’un conseiller en gestion de patrimoine.

 

Bon à savoir

  • Au total, l’épargne financière des ménages français se monte à 5 000 milliards d’euros, soit une moyenne de 175 000 € par ménage. Mais il ne s’agit là que d’une moyenne car des inégalités existent.
  • En France, le patrimoine médian (placements mobiliers + immobiliers – coût des éventuels crédits) des Français atteint 113 900 € (Source : Insee).
  • L’évolution du prix des logements fait que l’immobilier pèse de plus en plus lourd dans le patrimoine des ménages.

 


 

Les points clés à retenir

  • Les Français sont plus portés sur l’épargne que sur la consommation.
  • Les contrats d’assurance-vie et les comptes d’épargne réglementée (livret A, LDDS) n’ont jamais été aussi garnis.
  • Le compte courant est désormais un concurrent aux livrets.
  • L’immobilier reste une valeur sûre et, partant, l’un des meilleurs investissements qui soit.

 

Par Xavier Beaunieux et Jonathan Eveno