La résidence de tourisme : un placement intéressant (et qui gagne à être connu !)

30 juin 2017

Située à mi-chemin entre l’hôtel et la location saisonnière, la résidence de tourisme continue de séduire bon nombre d’investisseurs désireux de profiter d’une rentabilité compétitive (autour de 4 %), d’une fiscalité avantageuse et d’une résidence secondaire à laquelle elle constitue une alternative. Voici tout ce que vous devez savoir pour profiter en toute sécurité de votre investissement en résidence touristique.

 

Investir en résidence de tourisme permet de profiter…

1. D’un rendement attractif

En devenant propriétaire d’un appartement dans une résidence de tourisme, vous pouvez espérer un rendement locatif net supérieur à 4 %. Il est d’ailleurs à noter que la baisse du prix de ce type de biens, amorcée en 2008, permet de profiter actuellement de rendements encore meilleurs. Sachez toutefois que le fait d’occuper vous-même votre logement quelques semaines par an équivaut à ce que l’exploitant de la résidence vous verse un loyer en nature. La rentabilité locative de votre investissement en résidence touristique s’en trouvera par conséquent impactée.

Le saviez-vous ?
Parce qu’elle constitue un loyer en nature, l’occupation que vous feriez de votre logement en résidence de tourisme est imposable. Elle devra donc faire l’objet d’une déclaration auprès du Fisc.

2. D’une fiscalité avantageuse

Bien que les résidences de tourisme ne soient plus éligibles au dispositif de défiscalisation Censi-Bouvard, elles permettent toutefois de profiter – sous condition d’éligibilité – d’une réduction fiscale si des travaux de réhabilitation sont réalisés. En effet, le gouvernement a mis en place un abattement de 20 % (dans la limite de 22 000 €) sur le montant des travaux à condition que :

  • ces travaux (rénovation énergétique, ravalement, adaptation aux personnes handicapées) aient été votés par l’assemblée générale des copropriétaires entre 2017 et 2019 et portent sur l’ensemble de la copropriété,
  • le logement, une fois rénové, soit loué pour une durée de cinq années à compter de la date de fin du chantier.

De plus, en investissant dans une résidence de tourisme, vous avez la possibilité d’obtenir le remboursement de la TVA que vous aurez versée lors de son acquisition. Pour cela, il vous faudra avoir conservé le bien pendant 20 années. Enfin, en tant que propriétaire d’un logement en résidence touristique, vous pouvez bénéficier du statut de Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP). Et en optant pour le régime réel d’imposition, vous pourrez déduire certaines charges (intérêts d’emprunt, taxe foncière, primes d’assurance, dépenses d’entretien et de réparations, frais de gestion courante…) de vos loyers mais aussi amortir le mobilier et jusqu’à 85 % de la valeur de votre bien.

3. D’une facilité de gestion

Parce que c’est un exploitant professionnel qui aura la charge – pendant neuf ans au minimum – d’assurer non seulement la gestion quotidienne de votre bien mais aussi de trouver des vacanciers pour l’occuper et de vous verser un loyer (car ne vous y trompez pas, votre locataire n’est pas le résident mais l’exploitant lui-même !), vous serez déchargé(e) des tracas qui sont le lot de tout propriétaire-bailleur. L’importance du rôle que tient l’exploitant fait par conséquent de ce dernier la pierre angulaire de votre investissement en résidence de tourisme. Choisir un gestionnaire qui soit à la fois compétent et reconnu limitera les risques inhérents à ce type de placements (retards de loyers, loyers renégociés à la baisse, impayés, faillite de l’exploitant professionnel, etc.) et préservera la rentabilité de votre investissement.

Quelques chiffres

  • En moyenne, ce sont six Français sur dix qui partent en vacances d’été.
  • En 2016, 10 % des vacanciers sont partis en juin, 19 % ont opté pour le mois de juillet, 42 % ont préféré partir en août et 24 % ont attendu le mois de septembre pour faire des châteaux de sable.
  • La France reste l’une des premières destinations touristiques au monde.
  • L’an dernier, 19 % des Français ont mis le cap sur la Bretagne, 16 % ont posé leurs valises en région PACA et 1a même proportion a opté pour l’Occitanie (ex. Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon).
  • Environ 30 % des vacanciers sont hébergés dans leur famille, 6 % passent leurs vacances chez des amis, 17 % séjournent dans leur résidence secondaire, 11 % dans une location saisonnière, 11 % au camping, 9 % à l’hôtel et 4 % dans un gîte. (Sources : INSEE, Regionsjob, BVA).

—————————————————————————————————————————————–

Les points clés à retenir

  • Face aux autres placements immobiliers, les résidences de tourisme n’ont absolument pas à rougir de leurs rendements.
  • Occuper vous-même le logement que vous aurez acquis en résidence de tourisme rognera la rentabilité de votre investissement.
  • Dans le cas d’un investissement en résidence de tourisme, les loyers ne sont pas garantis. Le choix de l’exploitant revêt donc une importance capitale.
  • À la revente, il est parfois plus compliqué de trouver un acquéreur pour un appartement en résidence de tourisme que pour un bien « classique ».

Par Xavier Beaunieux