Logo ASassociés As & Associés

Financier

Déduction, réduction, crédit d’impôt : attention de ne pas les confondre

Image d'illustration de l'article déduction réduction crédit d'impot
Article rédigé par Jonathan Eveno Associé - Administrateur des ventes jonathan-eveno-portrait

Réduction d’impôt, déduction fiscale, crédit d’impôt… Quand vient le moment de remplir sa déclaration de revenus, il est parfois difficile de s’y retrouver. Mais gare à ne pas les confondre ! C’est peut-être un détail pour vous mais pour le Fisc, ça veut dire beaucoup… Voici comment les distinguer.

1. La réduction d’impôt

Fiscalement parlant, bénéficier d’une réduction d’impôt vous autorise à soustraire une somme d’argent de l’impôt que vous devez régler. Le mécanisme de la réduction d’impôt permet donc de diminuer votre impôt sur le revenu. Voire de l’effacer si la réduction égale ou excède le montant de l’impôt. Mais dans ce cas, vous n’aurez droit à aucune compensation. En clair, l’État ne sera pas tenu à vous reverser la différence. Et celle-ci ne pourra pas non plus être reportée sur vos impôts des années suivantes.

Imaginons que vous ayez effectué un investissement en loi Pinel pour un montant de 150 000 €. En vous engageant à louer votre bien pendant une période de 6 ans, vous pourrez réduire vos impôts de 18 000 €. Soit une réduction de 3 000 € par an, étalée sur 6 ans. Si le montant de votre impôt est de 2 500 €, la réduction fiscale qui sera octroyée en application du dispositif Pinel aura pour effet d’annuler purement et simplement votre impôt. Il est toutefois à noter que le montant de la ristourne dépassant celui de votre impôt, vous n’aurez pas pu profiter de l’intégralité de la réduction fiscale. Pour autant, la différence (soit dans notre exemple, 500 €) sera « perdue ».

2. La déduction fiscale

Si fulgurantes soient-elles, ce ne sont pas des déductions de Sherlock Holmes dont il est question ici mais bien de celles qui concernent vos impôts. Contrairement à la réduction d’impôt dont on peut dire qu’elle s’applique « a posteriori », la déduction fiscale intervient en amont, avant le calcul de l’impôt. En clair, plutôt que de soustraire une somme d’argent de votre impôt à payer, vous l’imputez en diminution de vos revenus imposables. Bien utilisée, une déduction fiscale pourra ainsi vous aider à passer dans une tranche d’imposition inférieure. Et, par ricochet, à alléger votre impôt.

Concrètement, une déduction peut s’appliquer à vos revenus dans leur globalité. C’est le cas, par exemple, d’une pension alimentaire ou d’un déficit foncier qui pourront tous deux être déduits de votre revenu brut global. Mais une déduction peut également viser une catégorie de revenus. Comme les traitements et salaires dont pourront être déduits – sous conditions – vos frais professionnels.

Bon à savoir

Pour pouvoir prouver, le cas échéant, que les frais que vous avez déduit de vos traitements et salaires trouvaient leur origine dans votre activité professionnelle, pensez à conserver les factures s’y rapportant. Celles-ci attesteront non seulement la réalité de ces frais mais aussi leur montant. À défaut de preuves suffisantes, le Fisc pourra décider de remplacer vos frais prétendus par une déduction forfaitaire.

3. Le crédit d’impôt

À l’instar de la réduction d’impôt, le crédit d’impôt concerne le montant de votre impôt et non vos revenus. Il vient donc diminuer directement votre impôt. Dans le cas d’un crédit d’impôt « travaux », ce sont ainsi 15 % (contre 30 % précédemment) de vos dépenses d’acquisition de matériaux d’isolation thermique qui pourront être retranchés de votre impôt à payer. Mais contrairement à la réduction fiscale qui ne permet pas de compensation, un crédit d’impôt pourra faire l’objet d’un remboursement.

Supposons que vous deviez payer la somme de 2 000 € au titre de l’impôt sur le revenu mais que des dépenses ou des investissements vous donnent droit à un crédit d’impôt de 2 500 €. Dans ce cas, votre impôt sera non seulement effacé mais le Fisc devra vous reverser la différence. Il est à noter que le crédit d’impôt pourra aussi vous être remboursé – dans sa totalité – si vous n’êtes pas imposable.

Bon à savoir

Si la différence entre le crédit d’impôt et votre impôt est inférieure à 8 €, elle ne vous sera pas remboursée.


Les points clés à retenir

  • La réduction d’impôt permet de retrancher un certaine somme de vos impôts.
  • Si le montant de la réduction dépasse l’impôt, celui-ci sera effacé mais vous ne serez pas remboursé du surplus.
  • Dans le cas d’une déduction fiscale, la somme sera retirée du montant à déclarer.
  • Comme la réduction, le crédit d’impôt diminue votre impôt. Mais si l’avantage fiscal dépasse le montant de l’impôt, le Fisc vous reversera la différence.

Partager

Magazine AS & Associés

Édition mai 2020

Télécharger
Groupe 16

Vous souhaitez nous contacter ou être rappelé par l’un de nos consultants ?