Logo ASassociés As & Associés

Financier

Les atouts de la pierre-papier

Visuel principal sur les atouts de la pierre-papier
Article rédigé par Jonathan Eveno Associé - Administrateur des ventes jonathan-eveno-portrait

Dans une situation économique délétère, la « pierre-papier » fait preuve d’une certaine résilience, signe d’assez bonnes performances et continue à attirer les investisseurs.

Avec cette acquisition dématérialisée, l’investisseur allie la sécurité de la pierre avec la souplesse des titres. Le vocable « pierre-papier » regroupe l’ensemble des placements financiers qui permettent d’investir dans l’immobilier sous la forme de titres de sociétés ou de fonds : sociétés civiles immobilières (SCI), sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), sociétés foncières, fonds communs de placement immobilier (FCP) et organismes de placement collectif en immobilier (OPCI).

1. Des supports prisés

Avec ce type de supports, au lieu d’investir en direct dans un bien immobilier, l’investisseur acquiert des parts ou actions de ces sociétés qui investissent elles-mêmes dans des biens immobiliers variés : locaux commerciaux, bureaux, logements, entrepôts, résidences services, hôtels…

Depuis plusieurs années ces investissements intermédiés ont le vent en poupe. Ils ont gagné la faveur des épargnants. En effet, les investisseurs privilégient traditionnellement l’immobilier comme valeur refuge. Et la « pierre-papier » bénéficie du phénomène d’attraction exercé par ce marché, d’un contexte bancaire de taux bas, favorable aux acquisitions immobilières, et d’une liquidité propre au support dématérialisé. La collecte des fonds immobiliers se maintient dès lors à des niveaux élevés.

2. Une collecte nette conséquente

Avec 6,03 milliards d’euros, la collecte nette de 2020 est certes inférieure de près de 3% par rapport au niveau de l’année 2019. Pour autant, l’année reste un très bon cru. Au total SCPI et OCPI ont collecté 8 milliards d’euros, d’après les statistiques de l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière) et de l’ASPIM (Association française des sociétés de placement immobilier).

L’année dernière est à compter parmi les trois plus importantes de l’histoire de l’investissement en « pierre-papier ». Les SCPI de bureaux, suivies par les SCPI spécialisées dans le domaine de la santé, puis celles qui investissent dans la logistique ont concentré l’essentiel des placements réalisés. Le marché a démontré sa capacité de résilience dans la tourmente sanitaire et économique.

Visuel d'illustration sur les atouts de la pierre-papier

3. De bons résultats

Les SCPI ont réalisé 8,4 milliards d’acquisitions en 2020, majoritairement orientées vers les bureaux, avec une large part d’investissements réalisés à l’étranger, d’après les chiffres de l’IEIF et de l’ASPIM. Avec un taux moyen de rendement de 4,18%, légèrement en baisse par rapport à 2019 où il atteignait 4,40%, les SCPI finalisent une relative bonne performance, prouvant, s’il en était besoin, que leurs fondamentaux sont solides.

Cependant ces chiffres marquent des fortes disparités. D’après les données recensées par le site d’information pierrepapier.fr en immobilier d’entreprise et en résidentiel, les quelques 102 SCPI recensées, affichent ainsi une large palette de performances allant de 0,38 % à 10,40%. Ces bons résultats confortent la position de la pierre-papier dans les actifs à suivre en 2021.

A retenir :

  • Les SCPI permettent de profiter de la dynamique du marché de l’immobilier
  • Les SCPI offrent une certaine souplesse et liquidité
  • Les SCPI ont prouvé leur résilience et peuvent offrir de bonne rentabilité
  • Les SCPI mutualisent les risques dans la communauté d’actionnaires
    Investissement pertinent, il nécessite cependant de prendre quelques précautions.
  • Prenez le temps d’exposer votre situation et vos objectifs à un conseiller patrimonial.

Partager

Magazine AS & Associés

Édition mai 2020

Télécharger
Groupe 16

Vous souhaitez nous contacter ou être rappelé par l’un de nos consultants ?