Zoom sur les investissements « responsables »

8 février 2019

Faire une bonne affaire lorsque l’on investit une somme d’argent ou qu’on la place, c’est bien. C’est même le but recherché ! Mais si placer ou investir son argent permet, en plus, de faire une bonne action, c’est peut-être encore mieux ! Nous vous proposons de découvrir les investissements durables et les placements responsables disponibles pour vous.

 

 

1. Les placements « éco-friendly » ont la cote !

L’économie circulaire, l’épargne vertueuse et la finance solidaire sont très à la mode. De plus en plus de Français souhaitent investir « autrement » en faisant fructifier leur argent tout en soutenant une cause environnementale (préserver les ressources naturelles, favoriser la transition écologique, retarder le réchauffement climatique, …) ou en favorisant l’économie solidaire (boycotter les entreprises qui font travailler des enfants, promouvoir les circuits courts, …). Deux choix s’offrent à vous si vous voulez, vous aussi, faire partie de ces investisseurs vertueux.

> Vous pouvez décider d’investir directement dans une entreprise dont l’activité et/ou le mode de fonctionnement respecte(nt) les piliers du développement durable :

  • efficacité économique
  • qualité environnementale
  • équité sociale

Ainsi, par exemple, si vous êtes soucieux/se de l’environnement, vous pourrez acheter des obligations « vertes » émises par une entreprise dans le cadre du financement d’un projet à vocation environnementale.

> À moins d’avoir une connaissance précise du marché, il peut être compliqué pour un particulier de s’assurer de l’innocuité, de la rentabilité d’un investissement ou encore de vérifier qu’une entreprise respecte réellement les principes du développement durable et de l’économie solidaire.

L’expertise d’un conseiller en gestion de patrimoine pourra se révéler très utile. Avant de recueillir son avis, faites-lui simplement part de votre désir d’investir « autrement ». Il saura vous proposer un investissement adapté à votre stratégie patrimoniale et qui réponde à vos attentes.

 

2. Les investissements socialement responsables (ISR) : mode d’emploi

De la même façon qu’une SCPI permet à un particulier d’investir indirectement dans l’immobilier et de diversifier son patrimoine, un fonds ISR permet d’investir, de façon indirecte, dans une ou plusieurs entreprises évaluées selon des critères sociaux et environnementaux.

Concrètement, vous chargez le fonds ISR dans lequel vous avez investi de réinvestir à son tour dans des entreprises écoresponsables, respectueuses de l’économie solidaire, à l’éthique irréprochable, engagées socialement, … pouvait aller, par exemple, jusqu’au refus d’entreprises en lien avec l’armement ou encore le nucléaire. Au moment d’opérer sa sélection, le fond évaluera tout d’abord la rentabilité de l’investissement, critère restant primordial, mais il prendra également en considération d’autres éléments tels que l’activité de l’entreprise, les efforts qu’elle déploie pour réduire son empreinte carbone, son mode de gouvernance, la transparence – ou, au contraire, l’opacité – de sa gestion, le respect – ou la méconnaissance – de certaines normes internationales…

 

 

3. Respect des valeurs et lissage des risques

Confier votre investissement à un fonds de gestion ISR permet de donner du sens à votre épargne en conciliant rentabilité financière et rentabilité sociétale/environnementale. Un autre avantage du fonds ISR réside dans la protection qu’il vous procure. En effet, pour lisser au maximum les risques encourus par les investisseurs, les fonds veillent toujours à sécuriser la rentabilité en diversifiant les secteurs sur lesquels ils misent : alimentation bio, production d’énergies renouvelables (éolien, biomasse, hydraulique, solaire), stockage d’hydrogène, traitement des déchets, recyclage des métaux, …

 

4. (Re)donner du sens à son épargne

Parce qu’ils fonctionnent sur le principe du don, les livrets de partage constituent une alternative aux fonds ISR. Comment ça marche ? En contrepartie du transfert d’une partie de ses intérêts à une association, le titulaire d’un livret de partage profite d’une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 75 % des sommes reversées. Et en termes de rémunération, la fourchette va de 0,1 à 1 %. Il existe aussi des fonds de partage. C’est alors une partie des frais de gestion qui sera reversée à une association.

Bon à savoir

  • Au total, les fonds ISR pèseraient 99 milliards d’euros.
  • En France, on en dénombre plus de 300.

 


 

Les points clés à retenir

  • Les investissements responsables constituent la preuve que solidarité et finance sont deux notions que l’on oppose fréquemment mais qui ne sont pas incompatibles.
  • Pour cibler les entreprises dans lesquelles ils investissent, les fonds ISR se basent – classiquement – sur des critères de rentabilité mais ils prennent aussi en compte d’autres aspects : sociaux, sociétaux, environnementaux et de gouvernance.
  • Livrets et fonds de partage permettent également d’investir « autrement ».
  • La faiblesse de l’offre et l’importance d’une sélection très précise des « fonds responsables » impliquent nécessairement qu’ils ne pourront pas représenter une part importante de votre épargne.

 

Par Xavier Beaunieux