FCPI, Pinel, emploi à domicile… Réduisez votre impôt sur les revenus de 2017 avant le 31 décembre

1 décembre 2017

Le prélèvement à la source ayant été reporté à 2019, il vous reste moins d’un mois avant la date butoir du 31 décembre prochain pour faire baisser votre impôt sur les revenus de 2017. Voici quelques pistes à creuser pour alléger rapidement votre prochaine imposition et défiscaliser pendant qu’il en est encore temps…

 

 

Investir en Pinel

Prorogé jusqu’en 2021, le dispositif Pinel est un outil de défiscalisation qui a fait ses preuves. En contrepartie de l’acquisition d’un logement dans une zone où l’offre locative n’absorbe pas la demande et de votre engagement de le louer (vide et en résidence principale) sur une période de 6, 9 ou 12 ans, vous profiterez d’une réduction d’impôt de 12, 18 voire 21 % du prix de revient. Les loyers que vous percevrez devront toutefois être plafonnés. Tout comme les revenus de vos locataires.

L’année 2017 touche bientôt à sa fin. La réduction fiscale « Pinel » s’impute sur l’impôt sur le revenu dû au titre de l’année au cours de laquelle le fait générateur (en l’occurrence, la livraison chez le notaire) est intervenu. Il paraît dont urgent de se pencher sur le sujet.

Mais attention, se dépêcher, c’est bien. Se précipiter, ça l’est moins… Pour défiscaliser efficacement et en toute sécurité, consultez un conseiller en gestion de patrimoine. Son expertise lui permettra de vous orienter vers une solution adaptée à votre profil (revenus, patrimoine existant, stratégie patrimoniale, etc…).

Le conseiller en gestion de patrimoine saura aussi vous proposer les dispositifs complémentaires qui permettent encore de baisser son impôt 2017, par exemple : 

1. Souscrivez des parts de FCPI

Un autre moyen de défiscaliser rapidement consiste à investir dans un FCPI (Fonds Commun des Placement dans l’Innovation) ou un FIP (Fonds d’Investissement de Proximité). En optant pour l’un ou l’autre de ces placements, vous pourrez réduire votre impôt de 18 % de la somme investie.

Si vous êtes célibataire, votre investissement sera plafonné à 12 000 € pour une réduction d’impôt de 2 130 € maximum. Si vous êtes marié ou pacsé, le plafond passera à 24 000 € et la réduction se limitera alors à 4 260 €. Sachez toutefois que la réduction d’impôt dont permettent de profiter les FCPI implique de les conserver pendant au moins cinq ans. En clair, il s’agit d’un investissement à long terme.

 

2. Investissez dans une Sofica

Le temps presse et vous cherchez une solution de défiscalisation rapide ? Achetez des parts de Sofica (Société de Financement du Cinéma et de l’audiovisuel). D’une part, vous contribuerez à stimuler l’industrie cinématographique française et européene. D’autre part, votre impôt sur le revenu sera réduit de 30 % du montant que vous aurez investi. Enfin, votre avantage fiscal, déjà non négligeable, pourra même, sous certaines conditions, être majoré.

Si la Sofica dans laquelle vous prenez des parts investit 10 % minimum des fonds dès la première année et que 10 % minimum de ses investissements sont consacrés à exporter des films français à diffusion internationale, le taux grimpera à 48 %. Dans ce cas, la réduction d’impôt se chiffrera alors à 8 640 €. Il y a toutefois un point sur lequel vous devez rester vigilant : la ristourne que vous obtiendrez vous sera acquise au titre de l’année de souscription. Mais comme dans le cas des FCPI, vous devrez conserver vos parts pendant cinq ans au minimum.

Bon à savoir

Si vous voulez jouer la carte de l’investissement en Sofica, quelques règles sont à connaître :

  • la mise de départ est de 5 000 € minimum,
  • votre capital n’est pas garanti,
  • la somme investie est limitée à 25 % de vos revenus annuels et à 18 000 € par foyer fiscal.

 

3. Souscrivez un Perp

En vous constituant une retraite complémentaire, vous ferez baisser votre fiscalité avant la date fatidique du 31 décembre. En effet, vos cotisations sont déductibles de votre revenu imposable. Deux cas peuvent se présenter. Si vous avez le statut de travailleur non salarié (commerçant, artisan, profession libérale…), vous êtes éligible au dispositif « Madelin » et vos cotisations pour l’année 2017 sont plafonnées à 72 542 €. Si vous n’êtes pas éligible au Madelin, vous avez la possibilité de souscrire un Perp (Plan d’Épargne Retraite Populaire). Vos cotisations annuelles ne peuvent alors pas dépasser 30 893 €.

 

4. Optez pour l’emploi à domicile

Pour bénéficier d’une réduction fiscale ou d’un crédit d’impôt, vous avez aussi la possibilité d’employer un salarié à domicile pour faire le ménage, réaliser des travaux de jardinage, aider à vos chères petites têtes blondes à faire leurs devoirs, etc. La palette de services est large. Mais dans tous les cas, l’avantage fiscal se monte à la moitié des dépenses que vous aurez effectuées sur l’année. Et cela dans la limite de 12 000 €.

Mieux vaut tard que jamais mais le 31 décembre approchant à grands pas, l’avantage fiscal dont vous pourriez profiter risque d’être relativement limité si vous vous y mettez seulement maintenant… 

Bon à savoir

Une fois cumulés, vos avantages fiscaux ne doivent pas faire baisser le montant de votre impôt de plus de 10 000 €. Sont néanmoins exclus de ce plafonnement certains avantages dont :

  • la déduction des pensions alimentaires,
  • les dons aux associations,
  • les exonérations des salaires « étudiants »,
  • le coût des travaux réalisés dans le cadre d’un investissement « Malraux », etc.

 


 

* N’oubliez pas que… *

… ce n’est pas parce qu’il ne vous reste qu’une trentaine de jours pour tenter de réduire la note fiscale que vous devez défiscaliser à tort et à travers… Sachez, par exemple, que dans le cas d’un investissement en FCPI, votre capital n’est pas garanti… Et que pour pouvoir profiter de la réduction d’impôt, vous devez vous engager à conserver les parts que vous aurez acquises pendant cinq ans. Tout comme l’avantage fiscal que confère l’emploi à domicile est soumis au plafonnement des niches fiscales. Pour peaufiner votre stratégie d’optimisation fiscale, n’hésitez pas à vous faire aider par un conseiller en gestion de patrimoine

 

Par Xavier Beaunieux