Investissement : 70 % des expatriés optent pour l’immobilier locatif

21 juillet 2017

 

Pour une large majorité de Français vivant à l’étranger, investir dans la pierre reste une valeur sûre. Selon une étude réalisée par le Crédit Foncier, l’immobilier constitue même la stratégie d’investissement préférée des expatriés. Éléments d’explication.

 

 

 

Si 70 % des Français qui résident hors des frontières de l’hexagone plébiscitent l’investissement immobilier, c’est parce que la pierre…

1. Les rassure

Il ressort de l’étude menée par le Crédit Foncier qu’aux yeux de 42 % des expatriés, investir dans l’immobilier locatif en France (et non dans leur pays d’expatriation) est « rassurant ». Parce qu’il échappe aux turbulences qui affectent les marchés boursiers, l’investissement immobilier fait figure de placement sécurisé. Et c’est encore plus vrai si l’on interroge les Français de l’étranger, lesquels voient dans la pierre le placement « de bon père de famille » par excellence.

2. Offre un bon rendement locatif

Pour 45 % des Français vivant hors de nos frontières, qu’ils soient expatriés pour une entreprise française ou qu’ils aient choisi de résider à l’étranger, investir dans l’immobilier locatif constitue un « bon placement ». Cet appétit pour la pierre comme stratégie d’investissement trouve son origine dans les taux de crédit très bas mais aussi dans une rentabilité locative attrayante (entre 3 et 6 %). Associer son investissement immobilier à un financement bancaire permet d’ailleurs d’optimiser encore la rentabilité de l’opération.

3. Permet de s’assurer des revenus réguliers

Ce n’est pas parce que les expatriés ont quitté la France qu’ils ne sont pas pour autant préoccupés par la baisse du niveau des retraites. Or investir dans l’immobilier constitue un excellent moyen de s’assurer des revenus complémentaires. À condition toutefois de porter son choix sur un logement de qualité, bien placé et dont le loyer soit raisonnable. À défaut, des risques (loyers impayés, vacance locative) pourraient être à prévoir…

4. Peut être utile dans la perspective d’un retour en France

Que des expatriés décident de vendre le bien qu’ils ont acquis en France pour en acheter un autre ou de l’habiter eux-mêmes une fois rentrés au pays, opter pour un investissement immobilier permet dans tous les cas de préparer efficacement leur retour à la mère patrie. Sans compter l’aide à la « relocation » dont bénéficient bon nombre de travailleurs expatriés de la part de leur entreprise s’ils décident de retourner dans leur pays d’origine.

Le saviez-vous ?

L’éloignement, principal frein à l’investissement immobilier des expatriés…
Si les Français vivant à l’étranger repoussent leurs projets d’investissement locatif, c’est bien souvent par manque de temps mais aussi (et surtout !) en raison de l’éloignement. Car dans un marché immobilier tendu comme c’est le cas à Paris, notamment, il est particulièrement difficile à un expatrié de devenir propriétaire d’un logement sans se déplacer… Heureusement, des solutions existent. D’une part, si acheter dans l’ancien s’avère compliqué, une alternative consiste à opter pour la VEFA (Vente en État Futur d’Achèvement). Outre les avantages (frais de notaire réduits, exonération partielle de la taxe foncière, absence de travaux de rénovation, etc.) dont le neuf permet de bénéficier, la recherche et l’acquisition de ce type de bien immobilier sont généralement plus faciles à gérer depuis l’étranger que dans le cas d’un logement ancien. D’autre part, notre cabinet de gestion immobilière (Gestion des expatriés) propose des solutions d’accompagnement personnalisées aux Français résidant à l’étranger et qui souhaitent investir – à distance – dans l’immobilier locatif en France. Pour les aider à préparer efficacement leur retour, à se constituer un patrimoine et à développer des revenus complémentaires.

—————————————————————————————————————————————–

<< Portrait-robot de l’expatrié « investisseur » >>

  • Il place l’immobilier en 2ème position de ses placements préférés.
  • Dans les cinq prochaines années, c’est dans l’immobilier locatif qu’il choisit d’investir en priorité.
  • Il préfère acheter dans son pays d’origine plutôt que dans son pays d’expatriation.
  • Le plus souvent, l’expatrié « investisseur » est en couple.
  • Sa capacité d’investissement oscille généralement entre 150 000 et 200 000 €.

 

Par Xavier Beaunieux