Renégocier son prêt immobilier : un véritable parcours du combattant

23 juin 2017

 

 

Si le financement d’un investissement immobilier peut se faire en utilisant son épargne, il s’effectue bien souvent en souscrivant un prêt. Et compte tenu du faible niveau des taux d’intérêt actuels, renégocier son prêt peut permettre de réaliser quelques milliers d’euros d’économies. Mais si la plupart des banques jouent le jeu et acceptent ces renégociations, certaines, en revanche, font tout pour les limiter. C’est ce que révèle une enquête menée par l’UFC-Que Choisir.

 

 

 

Les banques auxquelles une demande de renégociation de prêt immobilier est adressée auraient la fâcheuse habitude de…

1. Jouer la montre

Il ressort de l’étude conduite par l’UFC-Que Choisir qu’au moment de renégocier un prêt immobilier, bon nombre d’établissements bancaires feraient preuve d’une attitude « dilatoire ». En clair, pour gagner du temps (et ainsi préserver leur rentabilité), les banques pratiqueraient la procrastination. Que ce soit en tardant à répondre aux demandes visant à renégocier un prêt immobilier ou à envoyer certains documents. Dans de nombreux cas, le « décompte de remboursement anticipé » qui fait pourtant figure de véritable sésame pour renégocier son prêt n’est ainsi obtenu qu’au forceps… Or plus un prêt sera renégocié rapidement, plus les conditions de cette renégociation seront avantageuses pour le client. Car à l’inverse, si la renégociation s’éternise, les taux sont alors susceptibles de remonter… Péchant par excès de lenteur, les banques ne s’y prendraient pas autrement si elles espéreraient décourager leurs clients et les dissuader d’aller voir ailleurs…

Bon à savoir

C’est quoi, un « décompte de remboursement anticipé » ?
Pour qu’une banque rachète votre prêt, celle qui vous l’a accordé doit d’abord lui transmettre un « décompte de remboursement anticipé ». Tout pendant qu’elle ne sera pas en possession de ce document, votre future banque sera dans l’impossibilité d’émettre un chèque de remboursement de votre créance. Le hic, c’est que des délais d’attente pouvant aller jusqu’à onze mois ont été constatés.

2. Mal gérer leurs dossiers

En plus d’opposer leur force d’inertie à leurs clients, les banques gèreraient leurs dossiers de renégociation de prêt de façon « calamiteuse ». En effet, l’enquête de l’UFC-Que Choisir pointe du doigt des assurances et des échéances ayant fait l’objet d’une double facturation. Mais aussi des chèques bancaires égarés. Ou encore des frais indûment prélevés. Des indemnités de remboursement anticipé (IRA) ont ainsi été réclamées à des clients qui avaient été mutés professionnellement voire avaient été licenciés. Or dans ces deux cas, c’est une exonération qui aurait normalement dû s’appliquer…

Quelques chiffres

Sur les 493 litiges que l’UFC-Que Choisir a répertoriés :

  • 39 % ont trait à une mauvaise gestion du dossier de renégociation,
  • 23 % concernent la demande de renégociation,
  • 21 % trouvent leur origine dans les tarifs annoncés par les banques.

3. Gonfler leurs frais annexes…

Au rayon des bâtons que les banques ne manquent pas de mettre dans les roues de leurs clients pour les dissuader de renégocier leurs prêts immobiliers, l’association de défense des consommateurs évoque également des tarifs bancaires en forte augmentation. En effet, pour pondérer la perte financière occasionnée par la renégociation des prêts de leurs clients, les banques n’hésiteraient pas à gonfler leurs frais annexes. En l’espace de cinq ans, ceux-ci ont ainsi bondi de 18 % en moyenne. Enfin, de nettes disparités ont été constatées entre les banques. D’un établissement à l’autre, certains avenants voient leur coût multiplié par 16…

 

< Questions / Réponses >

Combien peut-on espérer économiser en renégociant son prêt immobilier ?
Si vous avez emprunté 210 000 € à 3% sur 18 ans en 2014, renégocier votre prêt au taux de 1,5 % pourra vous faire économiser jusqu’à 15 600 €.

À partir de quel écart a-t-on intérêt à renégocier son prêt ?
Vous pourrez réaliser des économies substantielles à compter d’un point d’écart entre le taux de votre prêt et les taux actuels.

À quel moment doit-on s’y prendre ?
Pour optimiser votre renégociation, mieux vaut renégocier en début de prêt. La durée de remboursement restante doit se situer 7 et 10 ans. Et la somme à rembourser doit être d’au moins 50 000 €.   

Faut-il nécessairement changer de banque ?
Non, pas forcément. Toutefois la réduction que vous obtiendrez sera moins importante qu’en changeant de banque.

 

Par Xavier Beaunieux